Votre Portrait Astrologique

Portrait Natif du Cancer

Le natif du Cancer avance dans la vie avec prudence. Cette qualité, qui pour d'autres est considérée comme une marque de faiblesse, demeure pour lui une vertu en laquelle il aurait du mal à ne pas croire. Il essaie de ne pas la perdre de vue, tant en amour que dans les relations d'affaires et de travail ou encore en matière d'argent si les circonstances ou la chance l'en ont doté.

Vis-à-vis de cette prudence dont il aurait une fâcheuse tendance à abuser, conscient qu'elle pourrait se retourner contre lui et ternir son image, le Cancer cherche à donner le change et à afficher une certaine assurance mâtinée de désinvolture. À force de s'y entraîner souvent, cela devient comme une seconde nature. Mais qu'on ne s'y trompe pas : le Cancer est beaucoup trop sensible, à la limite de l'écorché vif permanent, pour acquérir un véritable mental de battant. Quand le monde extérieur lui fait trop peur, le Cancer se replie dans sa tanière et trouve du réconfort immédiat, au calme, auprès des siens et des animaux. Ce n'est pas un prédateur-né et il doit prendre sur lui-même pour poursuivre sa route dans un monde (c'est encore plus vrai dans le monde professionnel) où les rapports humains sont de plus en plus cruels et où l'on s'embarrasse de moins en moins de faux-semblants. Le Cancer possède des armes d'hier pour lutter contre les maux d'aujourd'hui. Il a à sa disposition l'imagination (qui lui permet à la fois d'échapper et de s'échapper du concret et ainsi de se ressourcer), il sait être résistant et camper sur ses convictions, quitte à flirter avec la mauvaise foi. Son sens inné de la nature humaine renforce son intuition naturelle, ce qui permet au natif du Cancer d'esquiver le danger que d'autres affronteront de face, mais hélas trop tard. Le cocon familial est indispensable au Cancer. On a dit qu'il y trouve du réconfort, mais il s'occupe aussi de son entourage immédiat qui constitue la source à laquelle il va puiser son énergie. Il a besoin de se sentir partout chez lui pour être à l'aise. Il sait par exemple, avec deux petits riens, humaniser une chambre d'hôtel dépersonnalisée. Ambigu autant que paradoxal, le cancer revendique son amour de la solitude et, à cause de son indécrottable manque de reconnaissance, la satisfaction de recevoir ses amis, dont il espère bien évidemment qu'ils lui montreront leur affection.

Mise à part la préoccupation de sa cellule familiale, le Cancer reste très tourné vers le passé et la création artistique ou artisanale. Amateur de vieilles pierres et d'objets anciens, il se passionne volontiers pour l'histoire, ce qui renforce, avec l'aide de son excellente mémoire, sa nostalgie du passé.

Le défaut majeur de la cuirasse du Cancer demeure sa trop grande émotivité. Une parole malheureuse (banale pour la plupart des antifs des autres signes) peut facilement le blesser, le contrarier longtemps et engendrer de la déprime, qu'il compensera par la nourriture, d'où sa propension à recevoir ses amis autour d'une table bien garnie.

Les plus et les moins

Le natif du Cancer sait faire preuve de douceur, d'imagination, de sensibilité et d'écoute. Il est difficile de le détourner du but qu'il s'est fixé.

On le dit atteint de frivolité, de passivité et d'irréalisme lié à son côté rêveur. Souvent nonchalant, il est susceptible et reste sur ses gardes, ce qui génère chez lui peur, anxiété et angoisse.