Votre Portrait Astrologique

Portrait Natif du Poisson

Il possède cette faculté de donner l'illusion de vivre dans un monde à part et de percevoir ce qui se passe autour de lui différemment de ses voisins nés sous d'autres signes. Il semble carencé dans la rubrique « réalisme », mais ce n'est qu'une apparence. Disons que sa réalité (denrée subjective s'il en est) n'est pas la même que celle des autres. Le natif des Poissons observe une certaine logique. Comment, avec son nom, pourrait-il se sentir réellement concerné avec ce qui se passe sur la terre ferme ? Le matérialisme n'entre pas dans ses préoccupations, il est attiré par les choses de l'esprit ou la vie sentimentale. Il s'exprime volontiers à travers l'art, notamment la musique, et aime se perdre dans des croyances qui sortent des sentiers battus. Certains Poissons voient la vie sur terre comme un aquarium auquel il faut à tout prix échapper, d'où cette tendance à se réfugier dans le bocal de la pensée et de la réflexion. Poussant ce penchant à son paroxysme et attirés par la libération de l'esprit et du corps, des poissons s'égarent dans des paradis artificiels difficilement recommandables.

Très émotif, hyper sensible, le Poissons fait confiance à son ressenti et à son intuition, ce qui peut lui jouer des tours. Enfant, il peine souvent à s'adapter au modèle éducatif en place. Il prend des allures de fausse Vierge pour se forger une personnalité qui ne correspond pas totalement à ce qu'il est en réalité, mais c'est là le prix à payer pour paraître « normal », si tant est que la normalité existe vraiment. On voit alors des natifs des Poissons devenir matérialistes, soucieux du détail, maniaques, analysant tout et n'importe quoi, à l'antithèse de leur nature profonde ; ce qui les rend forcément malheureux. Ils font de leur mieux pour éviter que leur pessimisme ne contamine les proches et l'entourage, signe qu'ils sont conscients de leur état. Pour ce faire, ils n'hésitent pas à endosser la panoplie du parfait boute-en-train aux antipodes de leur profonde nature. Ils croient que cela va les aider à se rendre plus fréquentables en société, mais ceux qui les pratiquent au quotidien savent que le vernis ne tient pas longtemps et que le naturel revient au galop. Le natif des Poissons attire la pitié malgré lui, on a envie de consoler ce cour à vif capable de perdre pied dans la misère du monde qui l'environne. C'est sûrement pour cela qu'on le retrouve dans la peau d'artistes en parfaite harmonie avec la souffrance, dans celle de poètes maudits ou d'hommes d'église ou de religieuses dont on ne saurait douter de la vocation. S'il fallait des martyrs pour calmer le courroux des dieux, on sait dans quel signe trouver des volontaires.

Être Poissons, c'est avoir un cour d'artichaut et la certitude de tomber amoureux pour trois fois rien. Forcément, à vouloir aimer la terre entière, on n'a plus le temps de choisir et on aime à tours de bras. Dans le cas présent, natif rime avec naïf. Qui trop embrasse mal étreint est un proverbe qui lui va comme un gant. Les Poissons se laissent submerger par la vague de ceux qui sont en recherche de compassion ou de tendresse. Ils les attirent et se laissent ensuite parasiter, sans savoir comment se dépêtrer d'une situation qu'ils ont eux-mêmes appelée de leurs voux. Il faut dire qu'ils ont tendance à voir les autres sous leur meilleur jour et à tomber dans le panneau de leur séduction. Il en découle des rapports humains souvent médiocres suivis de désillusions indigestes.

Le natif des Poissons est fataliste et peu combattif par nature. À quoi bon lutter contre l'adversité, vouloir nager à contre-courant puisque tout est écrit et qu'on n'y peut rien ? La meilleure solution n'est-elle pas de se laisser porter par le flot de la destinée ? Comme si on pouvait fuir sur une île déserte et échapper à son propre destin ! Alors le Poissons cherchera dans la fréquentation de ses amis ce qui lui fait défaut pour combler son manque d'amour de la vie et d'optimisme. Par chance, il jouit d'une excellente faculté d'adaptation, mais il est capable, porté par le besoin de se faire adopter de dire une chose et son contraire, dépendamment de la personne qu'il a face à lui. Ce n'est pas par hypocrisie, il en est bien incapable ! Dans de nombreux cas, il préfère ménager la chèvre et le chou, se rallier à l'opinion générale, car c'est encore le meilleur moyen de ne heurter personne et de se faire accepter.

L'argent, le pouvoir, la réussite ne parviennent pas à le distraire de ses aspirations beaucoup plus nobles qui l'entraînent volontiers vers la méditation, la création artistique, voire les paradis artificiels. Sa sensibilité lui permet de « sentir » les choses et il n'est pas rare qu'il fasse des rêves prémonitoires.

Les plus et les moins

Les Poissons sont des êtres dévoués, naturellement tournés vers les autres auxquels ils aimeraient ressembler et plaire, mais que leur nature rêveuse et indolente entraîne vers un repli sur eux-mêmes. Trop modestes pour briller, ils gagnent à être connus pour leur perspicacité (due à un vrai sens de l'observation) et leur esprit tolérant. Malheureusement, leur soumission, leur hypersensibilité, ce côté fataliste qui les mine et les déprime, les rendent vulnérables et résignés.